Normes pour les masques respiratoires

Différents types d’appareils respiratoires

Normes à respecter pour les masques de protection respiratoireNormes américaines ASTM F2299, F2101, F2100, F1862, F1494.

Normes AFNOR, FFP1, FFP2, FFP3, N-95, N-99, N-100, ePM, K95

Normes NF, EN, DIN, ISO, ASTM

Filtres HEPA

Normes AFNOR gratuites

L’AFNOR met à disposition des entreprises un document de référence sur la fabrication de « masques barrières » (un masque que Sibeth arrivera en fin à mettre ?). L’AFNOR met aussi gratuitement à disposition de tout le monde les normes NF EN 14683 et NF EN 149 concernant les masques de protection respiratoire. C’est enfin admettre que l’on peut « faire barrière » au virus en fabriquant un masque artisanal. Cela ridiculise tous les menteurs qui radotaient sur les chaînes d’info en continu que « les masques, ça ne sert à rien« .

Pour télécharger les normes sur le site de l’AFNOR, vous devez créer un compte en fournissant vos nom, prénom, adresse, téléphone… Une fois le compte créé (et validé), vous pourrez enfin récupérer les documents. Ca ne se fait pas en un clic, et vos coordonnées sont inscrites sur la première page du document téléchargé avec la mention : « Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients Normes en ligne. Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit, même partielle, sont strictement interdites.« . Donc, je ne peux pas le mettre à disposition de tous sur mon site.

Appareil filtrant ou isolant

Dans ce document à télécharger, l’INRS fait la distinction entre appareil de protection respiratoire de type filtrant et appareil respiratoire de type isolant.

  • Les appareils filtrants, procèdent par épuration de l’air ambiant contaminé. Ils sont généralement constitués d’une pièce faciale enveloppant de manière plus ou moins large le nez et bouche. Ils sont équipés d’un filtre adapté.
  • Les appareils isolants rendent l’utilisateur indépendant de l’atmosphère environnante. Ils sont alimentés en air respirable à partir d’une source d’air non contaminé. Ils sont constitués d’une pièce faciale et d’un dispositif d’apport d’air (ou d’oxygène). Dans le cas des appareils non autonomes, le masque peut être relié à un tuyau relié à une source extérieure d’air comprimé (appareil à adduction d’air comprimé), ou encore à une zone proche où l’air n’est pas contaminé (appareil à air libre). L’appareil est dit autonome lorsque la source d’air (ou d’oxygène) est portée avec l’appareil.

Nous ne nous intéresserons qu’aux appareils filtrants à ventilation libre (sans ventilateur motorisé), beaucoup plus faciles à fabriquer soi-même. Ils peuvent être anti-aérosols ou anti-gaz. Un aérosol est une suspension de particules solides ou liquides dans un milieu gazeux. Le cas le plus courant correspond à des particules de dimensions inférieures à 100 μm. Les aérosols (appelés dans ce cas bioaérosols) peuvent contenir des particules d’origine microbienne (virus, bactéries…), animale ou végétale. Pour se protéger du virus de la grippe, le masque sera de type anti-aérosols, car le virus est porté par les gouttelettes en suspension dans l’air.

   

Filtration des particules

Masques de type FFP1, FFP2, FFP3

Les normes prennent en compte la filtration des particules en suspension dans l’air. La norme NF EN 149 + A1 définit les performances de filtration vis-à-vis d’un aérosol de chlorure de sodium composé de particules dont le diamètre médian en masse est de 0,6 μm et vis-à-vis d’un aérosol d’huile de paraffine dont le diamètre médian de Stokes est de 0,4 μm, dans des conditions d’essai normalisées. Ce document de l’INRS (68 pages) donne tous les détails sur ces normes.

La norme française NF EN 143 distingue 3 catégories de demi-masques de protection :

Classe Efficacité de la filtration (avec un débit d’air de 95 l/min)
P1 Filtration d’au moins 80 % des particules en suspension
P2 Filtration d’au moins 94 % des particules en suspension
P3 Filtration d’au moins 99,95 % des particules en suspension

La norme française NF EN 149 distingue 3 catégories de demi-masques FFP  (FFP = filtering facepiece particles) :

Désignation Efficacité de la filtration (avec un débit d’air de 95 l/min) Fuite vers l’intérieur
FFP1 Filtration d’au moins 80 % des particules en suspension <22 %
FFP2 Filtration d’au moins 94 % des particules en suspension <8 %
FFP3 Filtration d’au moins 99 % des particules en suspension <2 %

Tuto vidéo : Comment sont testés les masques à usage médical EN 14683 ?

Les masques de type FFP2 peuvent être utilisés pour se protéger des virus grippaux. Source : Grippe saisonnière : information des professionnels de santé

A fortiori, les FFP3 (si vous en trouvez) protègeront aussi des virus grippaux.

On peut se procurer dans le commerce des filtres type PM2.5 (qui bloquent plus de 50 % des particules solides d’un diamètre aérodynamique supérieur à 2,5 micromètres). Certains de ces filtres sont utilisés dans les climatiseurs, mais aussi dans les masques anti-pollution destinés aux cyclistes urbains.

Masques de type N-95, N-99 et N-100

La norme NIOSH N-95, la norme N-99 et la norme N-100 s’appliquent aux Etats-Unis. N-95 = filtration de 95 % des particules de taille inférieure à 0,3 microns en suspension dans l’air.

La norme américaine N95 (sur le site de la FDA) non valable pour les enfants, les barbus et les moustachus (« facial hair »).

Masques type D

On voit parfois des masques FFP3 D sur les sites de vente. La lettre D correspond à la norme NF EN 13274-8 (2003). Les masques de protection respiratoire marqués D ont été testés à des essais de colmatage par le poussière de dolomie. Il s’agir bien de dolomie, pas de dolomiTe, même si ce mot est plus populaire que le nom de la roche dolomie (composée de dolomite et de calcite, et souvent appelée dolomie en anglais) Ces masques sont plus coûteux que les masques ordinaires, mais ils offrent une faible augmentation de la résistance respiratoire lorsqu’ils sont chargés en poussières (résistance au colmatage).

   

Normes NF, EN, DIN, ISO, ePM

Normes NF

La norme NF EN 14683 spécifie « les exigences de fabrication, de conception et de performances, ainsi que les méthodes d’essai relatives aux masques à usage médical destinés à limiter la transmission d’agents infectieux des membres de l’équipe médicale vers les patients et aussi lors d’actes chirurgicaux et pour d’autres actes médicaux dont les exigences sont similaires ». L’Afnor vend la norme NF EN 14683.

La norme française NF EN 143 « spécifie des filtres à particules utilisés comme composants des appareils de protection respiratoire non assistés, à l’exception des appareils destinés à l’évacuation et des pièces faciales filtrantes« . On distingue 3 catégories de demi-masques de protection. Elle est vendue sur le site de l’Afnor.

La norme française NF EN 149 distingue 3 catégories de demi-masques FFP

Normes européennes

Filtres à particules fines : Norme européenne DIN EN 12341 (août 2014) pour MP10 et MP2.5 vendue sur le site de l’Afnor.

Normes sur la réglementation en filtration (ISO 16 890, EN 779, EN 1822)

Normes de filtration ePM1, ePM2.5, ePM10

Normes sur la réglementation en filtration

ISO ePM1 ePM1 min ≥ 50 % (virus, nanoparticules, gaz d’échappement)
ISO ePM2,5 ePM2,5 min ≥ 50 % (bactéries, champignons, spores de moisissure, pollen, poussière de toner)

Les filtres ePM1 seraient les plus efficaces, mais on ne trouve que des filtres PM2.5 dans les magasins d’électroménager. Le coronavirus est propagé par les gouttelettes en suspension (salive, éternuement). Donc, même si seul le PM1 bloque 50 % des virus, le PM2.5 bloque les gouttelettes en suspension. C’est donc mieux qu’une simple épaisseur de tissu en coton, il est judicieux d’inclure un filtre amovible PM2.5 dans un masque de protection contre la grippe.

Filtres à air à haute efficacité (Wikipédia) pour créer soi-même des filtres respiratoires amovibles efficaces.

Normes ISO

Ces sont des normes internationales. L’ISO a élaboré plus de 23.000 normes internationales répertoriées dans son catalogue. Les normes sur les masques respiratoires incluent les masques pour l’apnée, pour l’aviation, pour les plongeurs, etc.

Site officiel de l’ISO (International Standard Organisation).

Norme ISO 16890-1:2016 (1ère partie, 2e partie, 3e partie et 4e partie) sur les filtres à air utilisés dans les climatiseurs. Elle décrit les conditions de test pour aboutir à l’efficacité ePM1. On peut acheter cette norme de 27 pages (en français ou en anglais) pour 138 CHF (Francs suisses).

Un tableau comparatif des filtres aux normes ePM1, ePM2.5 et ePM10 est disponible sur le site ventfilter.fr (fabricant de filtres professionnels).

Filtres HEPA

Les filtres HEPA sont des filtres à haute efficacité (high-efficiency particulate air) capables de filtrer, en un seul passage, au moins 99,97 % des particules de diamètre supérieur ou égal à 0,3 µm. Ils sont utilisés par les professionnels dans les blocs opératoires, les salles de manipulation de micro-organismes pathogènes, et les salles blanches (informatique, fabrication de composants électroniques). Vidéo didactique sur les filtres HEPA. Les filtres HEPA sont également utilisés sur les aspirateurs et les purificateurs d’air.

Normes américaines

Aérosols utilisés (0.3 µm de diamètre médian) : NaCL = chlorure de sodium, DOP = dioctylphthalate.

Filter Designation Minimum Efficiency Test Agent
N100 99.97% NaCl
N99 99% NaCl
N95 95% NaCl
R100 99.97% DOP
R99 99% DOP
R95 95% DOP
P100 99.97% DOP
P99 99% DOP
P95 95% DOP

 


 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer